Les mariages civils et religieux, ont été reportés du fait du coronavirus et des mesures de confinement.

Comment ne pas penser à tous ces jeunes gens et jeunes filles qui ont prévu leur mariage depuis des mois, parfois même depuis plusieurs années. Tout a été stoppé net.

Le gouvernement a tranché. « il n’y a plus de célébrations de mariages » en France. Le mot d’ordre est clair, les Français doivent « rester chez eux »

Nous savons que depuis le début de la création, Dieu a institué le mariage. Il en a posé les bases dans Gen 2/24 verset repris dans Eph 5/31 : « l’homme quittera son père et sa mère, s’attachera à sa femme et les deux deviendront une seule chair. »

On retiendra qu’un mariage c’est bien ne pas rester chez soi mais quitter un foyer pour en commencer un autre.

La Bible prend le lien du mariage et l’amour qui l’accompagne comme illustration du lien spirituel entre l’Eglise et Jésus-Christ 

Eph 5/25 « Maris que chacun aime sa femme comme Christ a aimé l’Eglise et s’est livré lui-même pour elle. »

L’ensemble de celles et ceux qui ont reconnu Christ comme leur Seigneur et Sauveur constitue l’église. 

Christ a quitté le ciel pour venir jusqu’à nous. Il n’est pas resté confiné, mais il a pu devenir semblable aux hommes sans être contaminé par notre principale maladie qui est le péché. 

Par contre il en a porté tout le jugement qui nous revenait.

La Parole de Dieu précise ; Au temps marqué Christ est mort pour nous.

Si des projets de mariage ont été contrariés, rien ne pouvait arrêter le plan de Dieu.

Quand un disciple a voulu l’arrêter : Cela ne t’arrivera pas. Jésus répond : Arrière de moi Satan.

Avant de repartir le Seigneur nous apprend qu’il est allé nous préparer une place et qu’il reviendrait nous chercher.

Exactement comme dans un mariage dans les temps bibliques. L’époux préparait la future demeure. Quand la demeure était prête il venait chercher son épouse pour commencer leur vie ensemble.

Si Jésus-Christ n’est pas revenu ce n’est pas parce qu’il préfère rester confiné au ciel. Ou bien comme le disent les incrédules : où est la promesse de son avènement ?

Il use de patience. En fait c’est plutôt l’homme qui reste confiné dans son chez lui. Il ne veut pas quitter ses pensées, ses péchés. Il y a bien là un confinement malvenu.

Nous qui avons dit oui au Seigneur, il nous appartient de saisir l’espérance qui s’attache à notre salut. Notre attente de notre rencontre avec le Seigneur devrait être aussi intense que ceux qui attendent de pouvoir enfin se marier. Est-ce le cas ?

Nous sommes tellement centrés sur le présent que nous avons du mal à saisir le monde à venir et tout ce qui nous attend quand nous rencontrerons le Seigneur.

Job 19/25 « Mais je sais que mon Rédempteur est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la terre. Quand ma peau sera détruite, il se lèvera ; Quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu. Je le verrai, et il me sera favorable ; Mes yeux le verront, et non ceux d’un autre; Mon âme languit d’attente au dedans de moi. »

Un bateau de pêche devait rentrer dans la soirée après un long séjour en mer.

Le bateau accosta tard dans la nuit.

Deux amis marins firent leur premier pas à quai. L’épouse de l’un d’eux courut et sauta dans les bras de son mari.

L’autre continua seul, dépassa les quais traversa, la place et entra dans le seul café ouvert . Il aperçu son épouse qui riait et buvait avec des amis. Quand elle l’aperçut, elle dit: Tu es arrivé ? … Je t’attendais.

Selon vous, laquelle des épouses attendait réellement l’époux ?

Quand le Seigneur reviendra il nous prendra avec lui.

Nous devrions être aussi impatients de vivre ce moment que le sont les futurs mariés qui attendent la possibilité de l’être.

Alain Larrey
www.alainlarrey.com

Catégories: actualites

Leave a Reply