Figure imposée 

Dans le journal « le monde « du 5 juin mon attention a été attirée par un article écrit par Audrey Garric. Le thème portait sur le jour du dépassement. Un petit rappel.

Depuis 1970 est publié le jour du dépassement de la terre qui marque le jour où l’humanité a consommé toutes les ressources que les écosystèmes peuvent produire en une année.

Cela signifie qu’à l’échelle de la planète, nous avons pêché plus de poissons abattu plus d’arbres que la nature peut nous offrir au cours d’une année.

L’article disait ceci :

« Cette année 2020 le jour de dépassement devrait tomber le 22 août 2020, soit trois semaines plus tard qu’en 2019 (29 juillet), selon le Global Footprint Network, un institut de recherches international.

 Ce recul, qui constitue un « renversement historique » s’explique par les mesures de confinement qui ont été mises en place à travers le monde.

 Cela montre que des changements importants et rapides sont possibles. Mais cette réduction de notre empreinte écologique est imposée et non voulue, et comme elle ne s’accompagne pas d’un changement systémique dans nos modes de production et de consommation, elle ne va pas durer »

En d’autres mots, il y a eu progrès par que cela nous a été imposé.

Beaucoup de choses sont contenues dans les trois dernières lignes de l’article.

Rom 7/19 Car je ne fais pas le bien que je veux et je fais le mal que je ne veux pas.

Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais mais le péché qui habite en moi.

On constate que l’homme, même s’il sait ce qui est meilleur pour lui n’aura pas nécessairement la volonté d’y aller.

Tout serait plus simple si tout était imposé par celui qui a tout pouvoir et toute sagesse.

Quand un enfant est tout petit il n’a pas beaucoup de choix.

Sa vie est une figure imposée. En grandissant, il apprend mais cela ne signifie pas que ce qui lui a été transmis sera suivi à la lettre.

Il deviendra livré et autonome. 

D’où la forte recommandation de Prov 2 et chapitres suivants

Mon fils, si tu reçois mes paroles, et si tu gardes avec toi mes préceptes,

Si tu rends ton oreille attentive à la sagesse, et si tu inclines ton cœur à l’intelligence ;

Oui, si tu appelles la sagesse, Et si tu élèves ta voix vers l’intelligence,

Si tu la cherches comme l’argent, Si tu la poursuis comme un trésor…

Tous les « si » de ce passage indiquent bien que nous sommes en situation de choix. Dieu ne nous impose pas sa volonté ou sa présence. Nous ne sommes ni des automates ni des pantins.

Dieu nous traite comme des personnes responsables.

Dieu avait dit à son peuple Deut 30/19 « Voici je mets devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie afin que tu vives. »

L’histoire d’Israël montrera des choix parfois à l’opposé de ses intérêts.

Jér 2/13  » Ils m’ont abandonné moi qui suis une source d’eau vive pour se creuser des citernes crevassées qui ne retiennent pas l’eau. »

Comme le dit le v5  » pour aller après des choses de néant. « 

La journaliste du monde est sûre que la réduction de la pollution ne durera pas. Comment être sûr de vivre une vie qui honore Dieu et qui éloignera la pollution de l’âme ?

La seule solution véritable est de laisser le Seigneur vivre et accomplir, par son Esprit, sa volonté. (Lecture :Gal 5/16-26)

«Ce n’est plus moi qui vis c’est Christ qui vit en moi.» C’est le témoignage de celui qui avait dit : « je fais le mal que je hais » 

Jean 15/5 « Sans moi vous ne pouvez rien faire. » a dit le Seigneur a ses disciples.

Par le Seigneur je réduis l’impact du mal. Par le Seigneur ça va durer !

 

Alain Larrey
www.alainlarrey.com

Catégories: actualites

Leave a Reply